Histoire sans fin

L’histoire sans fin, Michael Ende.

 

Biographie :

portrait_michael_ende_halbprofil_sw_1990_72dpi

 

Michael Ende naît le 12 novembre 1929 à Garmisch-Partenkirchen en Bavière. Son père, Edgar Ende, était un peintre surréaliste, ce qui a fortement alimenté l’imaginaire de son fils. Michael Ende est l’un des auteurs allemands les plus connus au monde. Il s’essaye d’abord aux métiers d’acteur, de critique littéraire et cinématographique, avant de se consacrer à l’écriture. En dehors de ses livres pour la jeunesse, il écrit également de la poésie et pour le théâtre. Son œuvre lui a valu de nombreux prix en Allemagne et à l’étranger. Il est surtout connu pour son roman L’Histoire sans fin ( Die unendliche Geschichte) publié en 1979 et traduit en 36 langues. Michael Ende meurt en 1995.

index

Tableau surréaliste d’Edgar Ende.

 

 

Synopsis et originalité de l’œuvre :

9783522176842

Le roman est composé de 26 chapitres. Le premier chapitre commence par la lettre A, le deuxième par la lettre B, etc., jusqu’au dernier qui commence par la lettre Z. Le roman raconte l’histoire de Bastien, un jeune garçon qui vole un livre, intitulé L’Histoire sans fin, dans une librairie. Au fur et à mesure qu’il avance dans la lecture du livre, il se retrouve lui-même faisant partie de la quête dont le but est de sauver le monde et les habitants du Pays Fantastique.

Le livre est basé sur une mise en abîme, de façon à ce que le lecteur s’identifie au héros. Ainsi, le livre (du moins en version originale) est écrit en deux couleurs différentes, pour distinguer ce qui se passe dans le monde réel et ce qui se passe dans le Pays Fantastique. Il est mentionné également que le livre que lit Bastien est écrit en deux couleurs. En fait, le livre que lit Bastien peut être assimilé au livre que le lecteur a dans les mains : même description, et métaphoriquement même « pouvoir » : celui de transporter les lecteurs pour un moment dans un monde imaginaire dont ils reviendront changés.

« L’histoire sans fin remplace une moitié de bibliothèque » Deutsches Allgemeines Sonntagsblatt.

« Un puissant collage d’images mythiques ». Die Zeit.

 

Extrait sur l’amour passionnel que Bastien porte aux livres:
« Wer niemals ganze Nachmittage lang mit glühenden Ohren
und verstrubbeltem Haar über einem Buch saß und las und las
und die Welt um sich her vergaß, nicht mehr merkte, dass er

hungrig wurde oder fror –Wer niemals heimlich beim Schein einer Taschenlampe unter

der Bettdecke gelesen hat, weil Vater oder Mutter oder sonst
irgendeine besorgte Person einem das Licht ausknipste mit der
gut gemeinten Begründung, man müsse jetzt schlafen, da man

doch morgen so früh aus den Federn sollte – Wer niemals offen oder im Geheimen bitterliche Tränen ver-

gossen hat, weil eine wunderbare Geschichte zu Ende ging und
man Abschied nehmen musste von den Gestalten, mit denen man
gemeinsam so viele Abenteuer erlebt hatte, die man liebte und
bewunderte, um die man gebangt und für die man gehofft hatte
und ohne deren Gesellschaft einem das Leben leer und sinnlos
schien –

Exercice de traduction: à l’aide du lexique, proposez une traduction de cet extrait.

 

Lexique :

  • die Taschenlampe: la lampe de poche
  • verstrubbeltes Haar: les cheveux en bataille
  • la couverture: die Bettdecke
  • das Licht ausknipsen: éteindre la lumière
  • früh aus den Federn sollen: devoir se lever tôt.
  • bitterliche Tränen: des larmes amères
  • eine wunderbare Geschichte: une histoire merveilleuse
  • die Abenteuer: l’aventure
  • Abschied nehmen: prendre congé.
  • für etw. bangen: trembler pour quelque chose.
  • im Geheimen: en secret
  • Fantastique : fantastisch
  • Le monde : die Welt
  • Le néant : das Nichts
  • Le courage : der Mut
  • Créateur : schöpferisch

– Traduction française:

Qui n’a jamais passé tout un après-midi sur un livre, les oreilles en feu et les cheveux en bataille, à lire et lire encore, oublieux du monde alentour, insensible à la faim et au froid –
Qui n’a jamais lu en cachette, sous la couverture, à la lueur d’une lampe de poche, parce qu’un père ou une mère ou quelque personne bien intentionnée avait éteint la lumière, dans l’idée louable que le moment était maintenant venu de dormir puisque demain il faudrait se lever tôt –
Qui n’a jamais versé, ouvertement ou en secret, des larmes amères en voyant se terminer une merveilleuse histoire et en sachant qu’il allait falloir prendre congé des êtres avec lesquels on avait partagé tant d’aventures, que l’on aimait et admirait, pour qui l’on avait tremblé et espéré, et sans la compagnie desquels la vie allait paraître vide et dénuée de sens.

Adaptation multi-supports :

Au cinéma :

  • 1984 : de Wolfgang Petersen,. Lorsqu’il voit le film terminé en 1984, Michael Ende le déteste, et, furieux, réclame et obtient que son nom soit retiré du film. http://www.youtube.com/watch?v=9jvlrp2PadA

film

  • 1991 : L’Histoire sans fin 2 : Un nouveau chapitre, de George Trumbull Miller
  • 1995 : L’Histoire sans fin 3 : Retour à Fantasia, de Peter MacDonald.

A la télévision:

 

  • 1996 : L’Histoire sans fin, de Mike Fallows :série télévisée d’animation en 26 épisodes.

 

En chanson :

A l’opéra :

  • 1999: Ballet de Siegfried Matthus.
  • 2004: opera de Siegfried Matthus. Representations à Trier, Weimar.

 

Exercices d’application:

_ Ecriture d’invention : Vous ouvrez un livre et commencez à le livre, vous vous rendez compte que vous êtes dedans : comment réagissez-vous ?

_ Mythologie :

1)      Cherchez les origines mythologiques réelles dans différentes cultures (minimum 3) de symbole « AURYN » présent dans le roman (cf. voir « ouroboros »)
images

2)      Trouvez d’autres éléments empruntés aux mythes et légendes de différents pays (5 minimum).

_ Interprétation :

Discutez cette citation de l’auteur sur son roman : „Das ist nämlich die Geschichte eines Jungen, der seine Innenwelt, also seine mythische Welt, verliert in dieser einen Nacht der Krise, einer Lebenskrise, sie löst sich in Nichts auf, und er muss hineinspringen in dieses Nichts, das müssen wir Europäer nämlich auch tun. Es ist uns gelungen, alle Werte aufzulösen, und nun müssen wir hineinspringen, und nur, indem wir den Mut haben, dort hineinzuspringen in dieses Nichts, können wir die eigensten, innersten schöpferischen Kräfte wieder erwecken und ein neues Phantásien, das heißt eine neue Wertewelt, aufbauen.“

Quelle est votre interprétation personnelle de l ‘œuvre ? En quoi est-ce une mise en abîme ?

 

Pour aller plus loin :

Michael Ende: Die unendliche Geschichte. Von A bis Z mit Buchstaben und Bildern versehen von Roswitha Quadflieg. Thienemann Verlag, Stuttgart 1979, ISBN 3-522-12800-1.

Michael Ende: Michael Endes Zettelkasten, Skizzen und Notizen. Stuttgart 1994.

Alwin Binder: Michael Endes « Unendliche Geschichte » als ‘Schule der Phantasie »? In: Diskussion Deutsch. 86. 1985.S.585-598.

http://de.wikipedia.org/wiki/Die_unendliche_Geschichte

http://www.michaelende.de/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s